LUMIÉRE ET VUE

Projet d’Ambassade suisse au Cameroun - Yaoundé 2012
Le coût de l’ouvrage 6'000'000.-, concours international 



Le projet suit les contours de la parcelle et optimise les trajets et les espaces extérieurs au sein de l'ambassade et sur son terrain. Le mur extérieur est couvert dans le jardin situé au sud et dans le parc situé au nord, de sorte qu’il est intégré dans le projet, créant des circuits couverts à l’extérieur. Les diplomates peuvent ainsi se déplacer et les résidents se promener, même durant la longue saison des pluies. L’eau de pluie est collectée dans les ruisseaux, éclairés de nuit, qui suivent le trajet des promenades, puis réutilisée. Ces ruisseaux contribuent à créer une atmosphère tout en assurant les principes de durabilité. La pluie qui ruisselle de la toiture avant d'être collectée dans les ruisseaux (l’élément climatique qui caractérise Yaoundé) se mue en joyau décoratif.

Le bâtiment est orienté à 45° au nord. Les moucharabiehs ciselés autonomes offrent à la fois un contact direct avec l'extérieur et une agréable intimité dans les ailes du bâtiment puisque la vue d'une aile à l'autre est filtrée. Chaque moucharabieh est traversé de la lumière du soleil sans toutefois que celle-ci ne pénètre directement dans les pièces, d’où l’on peut voir les dessins créés par la lumière traversant les ciselures. L’éclairage indirect des pièces dépend du degré de réflexion des moucharabiehs. L’ambiance et le confort sont des préoccupations majeures.

Compte tenu de la déclivité du terrain, l'ambassadeur/-drice peut passer de la résidence du rez-de-chaussée aux salles de réception situées au premier étage et orientées au nord tout en conservant une vue dégagée sur l'extérieur. Au nord, le rez-de-chaussée abrite l’entrée (également celle réservée aux personnalités) dans l’aire publique, qui mène à l’aire diplomatique du 1er étage, située au nord dans l'aile qui fait face aux salles de réception. L’aire consulaire se trouve à l’ouest. Ces deux niveaux se recoupent et sont reliés à des points clés par des connexions verticales. Les logements de service, dotés de jardins privés, se trouvent au rez-de-chaussée, au nord. Les espaces de stationnement et les accès pour les livraisons se trouvent au premier sous-sol, au sud et sont accessibles au moyen d’une rampe sécurisée.

Cinq espaces extérieurs thématiques ont été prévus : au nord, ceux de l’ambassade, au sud ceux de la résidence, à l'ouest et à l'est ceux réservés au personnel, dont, au nord, ceux attenant aux logements de fonction. Des ruisseaux y sont aménagés afin d’y collecter l’eau de pluie, qui sera réutilisée dans l’ambassade. Toutes les variétés de plantes et d’arbres sont locales. Le premier espace, au sol en graviers de teinte terre, sert de parc menant à l’entrée du bâtiment. La surface et les arbres majestueux créent une atmosphère cossue et contemplative. Le crissement des graviers annonce l’arrivée des hôtes. Le quatrième espace met en valeur le contraste entre les prairies et les arbres locaux, constituant pratiquement le niveau supérieur de la « forêt vierge », sans buissons. La vue horizontale ouverte favorise les interactions entre résidents, tandis que les couronnes des arbres offrent une protection en hauteur. Le deuxième espace se trouve à l’est et célèbre les plantes matinales, tandis que le troisième rend hommage au coucher du soleil. Le cinquième espace est aménagé et entretenu par les membres du personnel, ce qui lui donne sa personnalité et sa vivacité.

Durabilité ; principe de circulation : Avec une température annuelle moyenne de 24 degrés, le bâtiment ne nécessite ni chauffage ni climatisation. L’isolation thermique de 12 cm protège de la chaleur excessive du soleil au cours de la période sèche. La ventilation s’effectue naturellement par les fenêtres. Les murs du bâtiment accumulent la fraîcheur. Avec des précipitations annuelles pouvant atteindre 1.700 mm, l’eau fait partie intégrante des spécificités locales. L’eau de pluie est réutilisée dans le circuit de l’ambassade, soit directement dans les toilettes ou pour l’arrosage du jardin (lors de la période sèche), soit, après avoir été purifiée, pour la douche, le lavage des mains ou l’eau potable. Le toit en saillie protège toutes les façades des intempéries. Le principe de l’écoulement d’eau par les arbres et les feuillages de la forêt tropicale est ici appliqué. L’eau de pluie tombe dans les ruisseaux de collecte qui l’amènent via des conduites de trop-plein à l’endroit de collecte en vie du recyclage. L’énergie solaire est collectée au niveau de la toiture afin de fournir l’électricité pour tous les usages dans le bâtiment. Une batterie assure l’alimentation complémentaire au jour le jour. Un réseau de secours compense les coupures de courant du réseau public. Le bâtiment est construit au moyen de matériaux disponibles localement comme des briques de terre compressée, du béton, de la tôle ou encore du bois. La structure porteuse permet de modifier la répartition des pièces à l’intérieur. L’utilisation de matériaux et de produits de traitement de surface absorbants, locaux, respirants permet de gérer l’humidité ambiante relativement élevée (76 à 84 %). La capacité d’absorption de ces matériaux leur permet de retenir l’humidité avant de la libérer de manière appropriée. La qualité de l’aération permet de faire circuler l’humidité et d’éviter sa concentration à des points critiques. L’exploitation des matériaux locaux s’inspire du fonctionnement de la nature pour le réinterpréter au mieux en fonction des spécificités du bâtiment, dans un souci constant de synergie avec l’environnement local.

Concept de la structure porteuse : Le sous-sol et sa chape sont constitués de béton local faiblement armé, et recouverts d’une ossature reprenant les éléments de construction typiques de la région. Le toit pourvu d’avant-toits se compose d’un plafond nervuré structuré sur une trame régulière de poutres en béton de 40 cm (max. 70) de haut. Entre les poutres, un plafond en terre glaise constitue la structure secondaire. Le long des façades et sur certaines poutres maîtresses à l'intérieur du bâtiment, des poutres transversales permettent d'étançonner et de stabiliser les nervures, ce qui offre une structure de soutien légère, mais performante. La stabilité horizontale de l’ensemble du bâtiment est assurée par certains murs qui seront bétonnés à cet effet, de sorte que les autres murs peuvent être non porteurs et réalisés en matériau léger. La toiture s’étend du coeur du bâtiment jusqu’aux piliers dans les façades, de sorte qu’il est possible à tout moment de modifier les plans des locaux.